Focus sur le burek

Cet article fait partie de la série Tour d'Europe
Show More Posts

Comme cela ne vous a pas échappé, nous avons découvert ce succulent mets dans le nord est de la Croatie. Et comme par magie, plus nous avancions dans notre périple plus le destin nous mettait des bureks partout sur notre passage, pour le plus grand plaisir de nos papilles! Pour l’heure, aucun des bureks sur lequels nous avons jeté notre dévolu n’a eu le temps de se faire tirer le portrait, et cela pour la simple et bonne raison que c’est trop bon quand c’est chaud et jute sorti du four!

Nous avons donc décidé, suite aux questionnements de certains, de réaliser un petit article au sujet de cette spécialité régionale qui a l’air d’exister dans tous les pays des Balkans.

Pour commencer faisons le point sur le nom “burek”. Comme cité plus haut, le burek existe en Croatie, en Serbie, en Grèce, en Bulgarie, en Turquie….. Il parait même qu’il en existe en afrique du nord. Le börek, burek ou beurek est une patisserie salée originaire à première vue des balkans. Pour ce qui est de son origine exacte, les sources se contredisent à ce sujet. Une école affirme que c’est un mets apporté par l’empire bizantin. D’autres affirment que les Serbes servaient déjà du burek avant le moyen-age et avant l’Empire Bizantin, et que ces derniers l’ont simplement popularisé. Enfin pour nous, cela ne change rien, mais certains pays ou régions en ont changé le nom, sans doute pour marquer leur différence. Par exemple, les Bulgares appellent cela le Banitsa. Sauf erreur de notre part, c’est un burek, avec le même goût, la même garniture les mêmes saveurs, mais pas le même nom.

Mais en fait, le burek qu’est ce que c’est ?

Le burek est une forme de roulé a base d’une feuille spéciale qui ressemble à de la feuille de filo ou de la feuille de brick mais en plus épais, ce n’est donc ni l’un ni l’autre. La particularité de cette feuille (pâte) est qu’elle n’absorbe pas l’huile. Une ou plusieurs feuilles sont entreposées enduites d’huile, puis souvent fourrées aux fromage, aux épinards, à la viande, ou encore fourrées à rien! Comme nous en avions déjà parlé sur l’article dédié aux vieux bazars à Skopje.

Le burek se prends principalement au petit déjeuner. C’est comme une sorte de croissant des Balkans, qu’on avale le matin afin d’avoir un maximun d’énergie. C’est en effet très calorique, il vaut mieux éviter de le prendre tard le soir. Cela dit, dans les différentes boulangeries ou dans les échoppes déstinées exclusivement à la fabrication du burek, on en trouve du tout frais – tout chaud tout au long de la journée! le paradis pour certain(e)s… !

En terme de goût cela peut vaguement se rapprocher du goût des noisettes torréfiées. La texture quand à elle ressemble à la Mhencha (spécialité marocaine). Ce sont donc des feuilles croustillantes à l’extérieur, (C’est comme une pate feuilletée bien cuite et bien caramélisée car ça se brise quand on croque dedans 🙂 ) et plus moelleuses en allant vers le coeur fourré de l’intérieur, qui quand à lui est bien tiède et fondant. (miam miam !) Il est servi sous forme individuelle en forme d’escargot ou encore en baguette de burek mais il existe aussi la version grand format qui ressemble à une grande tourte ou un serpentin géant.

Quand peut-on lui faire sa fête ?

Le burek a même sa propre fête! En effet, dans Niš, une ville dans le sud-est de la Serbie, un burek géant est réalisé une fois par an avec la participation de tous les riverains ainsi que les touristes de passage. Le burek est ensuite partagé et distribué gratuitement aux gens dans la rue. C’est de la super fête ! Lors de cet évènement, le festival propose aussi d’autres spécialités gastronomiques du pays et il se déroule courant le mois de septembre. Dommage que nous ne fassions pas le retour par là car ça aurait été une super expérience!

Voila les copains, notre voyage au pays du burek s’arrête ici ! Et avec un coup de chance, pendant que nous rédigions cet article, nous avons eu l’occasion de mettre la main sur des bureks et  nous avon pu leur faire une photo. Voila donc le burek bulgare dit aussi banitsa.

Zazou, Tigrou et Bourriquet

2 commentaires sur “Focus sur le burek

  • samule 22 juin 2017 at 23 h 46 min Reply

    Ah ben merci pour ce cours historo-gastronomico. J’espère que vous trouverez la recette pour nous faire gouter cela à votre retour 😊

    • Fred 23 juin 2017 at 13 h 38 min Reply

      tout à fait d’accord, dégustation obligatoire à l’arrivée!

      Vu qu’il a aussi signé l’article, Bourriquet mange des miettes de bureks aussi? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.