Débrief: Semaine 6 – Vers le large

Cet article fait partie de la série Tour d'Europe
Show More Posts

Jour 32: Vers la Mer Baltique

Nous partons de Berlin après une nuit calme direction l’île de Rügen. Celle-ci se situe dans la mer Baltique, et est un lieu très fréquenté par les touristes Allemands durant l’été.

Sur l’autoroute, nous poursuivons nos recherches d’eau, on se croirait au fin fond du Sahara! Après une multitude d’arrêts sur des aires de service payantes, nous nous arrêtons dans une station service où nous voyons un petit robinet dépasser juste face à la pompe à essence. Le robinet provient de la boutique et en plus d’être en plein passage, il se trouve juste en dessous d’une camera de video-surveillance. Zazou et Tigrou se lancent un regard soutenu, le regard de Tigrou disait “non il y a trop de monde, on ne peut pas faire ça…”, le regard de Zazou disait “bon ça fait plusieurs centaines de kilomètres qu’on ne trouve pas d’eau, là faut y aller”. Le dispositif ne semble pas destiné à être en libre service mais tant pis, les réserves sont vides alors on remplit! Zazou se munit de la  grande réserve de 40L, se dirige vers le fameux robinet et la remplit à ras bord. La réserve chargée dans le coffre, sans être inquiétés, Zazou se munit cette fois ci du jerrycan de 15L pour remplir directement le reservoir de Bourriquet. Et voila nous sommes plein! Qui aurait cru que trouver de l’eau allait être aussi compliqué!

Nous arrivons ensuite sur l’île en fin d’après-midi et nous profitons d’une laverie automatique pour faire notre lessive. Il faut tout laver: habits, draps, serviettes de bain et de plage. Ça en fait des kilos mine de rien, et nous passons un long moment à la laverie. Il commence à faire nuit, nous rangeons soigneusement notre linge fraichement lavé et allons en quête d’un coin pour la nuit. Une étude approfondie des photos satellites nous mène à un parking très à l’écart, à proximité d’un bois. Nous ne sommes pas les premiers car il y a déjà un autre van, une caravane et un camion reconverti en camping car! Il y a au milieu du parking une machine qui ressemble fortement à un parcmètre. On regarde autour de nous si nos voisins ont un tiquet exposé au pare brise. On ne dirait pas, nous décidons alors de rester.

Objectif du lendemain: visiter l’île

Jour 33: Ile de Rügen

Après une bonne nuit, nous partons vers le Königsstuhl (le fauteuil des rois) situé dans le parc national de Jasmund. Il s’agit de hautes falaises de craie qui tombent dans la mer baltique. Le lieu est très fréquenté par les touristes et très exploité pour en tirer des revenus… Impossible de se garer à proximité sans être sur un parking payant, navettes en bus payantes, entrée au musée payante et même montée sur les falaises payantes! Heureusement nous avons limité les coûts en nous limitant au parking puis en partant à pied. Nous commencons par une petite marche à travers les bois de 30 min à 1 heure suivant l’allure. Une fois rejoint le terminus des navettes, au lieu de passer par le chemin payant, il y a un autre chemin – gratuit – qui part sur le côté et rejoint Viktoria Sicht. De là, nous avons une belle vue sur la mer baltique et sur les falaises. Bien meilleure vue que depuis le site payant si on en croit les commentaires sur internet car du haut de la falaise … on ne voit pas la falaise!

L’endroit est intéressant, la balade dans la forêt est agréable mais selon nous ça ne vaut pas non plus l’engouement touristique qu’il semble y avoir pour cet endroit très … payant. Nous retournons donc chercher Bourriquet et repartons plus au sud vers la petite ville de Sellin.

Cette petite station balnéaire a la particularité d’avoir un “Seebrucke” a l’histoire mouvementée. Initialement contruit en 1906, il a été partiellement détruit par un incendie en 1920. Un nouveau batiment a été reconstruit en 1925. Pendant le rude hiver 1941/1942 le ponton s’avançant dans la Mer Baltique fut détruit par le gel. Le batiment ayant survécu fut ensuite utilisé comme dancing des années 50 aux années 70 mais faute d’investissement et en état de délabrement avancé lui aussi dû être détruit en 1978. En 1992 la reconstruction commença sur des bases de plans de 1906 et 1925. Le batiment final fut ré-inauguré en 1997.

Le ponton possède un restaurant et une petite station qui monte et descend dans la mer, permettant à un petit groupe d’aller admirer la faune marine. La plage quand à elle héberge des petites cabines de plage. Ambiance années 20 garantie! Nous flanons donc le long de cette plage de sable blanc et en profitons pour pique-niquer en admirant la belle vue. Un vrai moment de détente.

Le soir, nous repartons à notre emplacement de camping improvisé de la veille pour une deuxième nuit au calme. Nous nous sentons tellement bien ici que Tigrou s’installe à l’arrière du van pour se tailler la barbe. Habillé avec un sac poubelle détourné en cape de coupe, Tigrou sort la rallonge installe son petit mirroir sur le côté et entame son moment à lui.

Objectif du lendemain: Continuer notre remontée vers le Danemark en faisant escale à Hambourg.

Jour 34: Hambourg

Le matin, alors que nous finissons nos préparatifs, une voiture de police arrive sur le parking et en fait le tour à (très) petite vitesse.  Sachant que le stationnement est sensé être payant, la tension monte un peu mais la voiture finit par partir. Ce n’était surement qu’une visite patrouille!

Nous rejoignons ensuite l’autoroute direction Hambourg avec l’intention de refaire le plein d’eau. Malheureusement cet espoir fut totalement douché par l’absence complète d’eau à disposition des passagers comme nous. Nous nous sommes arrétés à une demie douzaine de stations services et d’aires de repos mais à chaque fois impossible de remplir. Les WC des stations services sont payant et on se voit mal arriver avec notre réserve, traverser la station, passer le tourniquet payant (!!) pour faire le plein. Les robinets qu’on trouve à l’extérieur ont une tête spéciale nécessitant une clé adaptée pour pouvoir les ouvrir… Tout est fait ici pour que l’accès à l’eau soit facturé!

Nous arrivons à Hambourg sans eau mais avec la mission de trouver une doudoune pour Zazou qui a toujours froid! Nous retournons dans la même enseigne où nous avons acheté les matelas (Globetrotter) et trouvons notre bonheur. Nous profitons aussi du fait qu’ils vendent des recharges des fameuses bouteilles Campingaz 907 pour faire échanger notre bouteille qui est quasiment vide. Comme ça nous aborderons la suite du voyage avec 2 bouteilles pleines et des soucis en moins. Au passage nous étrennons notre premier parking limité à 2.0m et ça passe tout juste!

Pendant notre petit tour du centre ville nous croisons des voitures de polices par douzaines, des gendarmes anti-émeutes, des canons à eau, … En fait c’est le G20 qui se prépare mais nous ne le savions pas! Nous ne savons pas les manifestations qu’il y aura mais ce qui est sûr c’est que la police a prévu de quoi y faire face…

La ville semble quasiment en état de siège donc inutile d’espérer un endroit calme pour la nuit dans le centre. Après une petite recherche croisée entre Park4Night et les photos de satellite, nous atterrissons à proximité d’un très charmant petit parc. L’endroit idéal pour la nuit mais il nous reste le problème de l’eau… Nous avons juste assez d’eau potable pour la soirée et plus d’eau propre du tout pour la vaisselle ou la toilette… Nous partons alors en reconnaissance dans le parc pour trouver un éventuel point d’eau mais comme d’habitude dans ce pays: rien. La pauvreté dans l’abondance… Nous demandons à un passant qui nous confie que c’est un problème ici et qu’il n’y a pas d’eau à disposition. Lui est chasseur et a toujours dans sa voiture des bidons d’eau pour laver les cerfs. Il nous propose de nous en donner et nous le suivons jusqu’à sa voiture où il nous donne gentiment 2 bidons de 5L d’eau minérale. Nous voilà équipés en eau potable mais toujours rien en vue pour l’eau propre du réservoir principal… Nous repartons donc à sa recherche dans une autre partie du parc, mais c’est échec sur échec. Tant pis, nous passerons la nuit sans et la vaisselle sera faite à l’eau minérale…

Objectif du lendemain: Un peu de repos et faire le plein de provisions avant le Danemark tant que ce n’est pas encore trop cher.

Jour 35: Day off

Vu le G20, on décide d’oublier la visite de la ville (dommage) et le matin est dédié à dormir et faire un picnic dans le parc. Zazou en profite pour se faire ami-ami avec un hérisson.

En quittant le parc, nous trouvons une station service pas trop cher et nous décidons de faire le plein. La station dispose de toilettes, nous allons donc voir la tenancière pour lui demander l’accés aux commodités, et si le courant passe peut être lui demander de prendre de l’eau. On veut en profiter aussi pour se renseigner sur le lavage de voitures. Bourriquet à besoin de faire un petit tour au spa, mais si et seulement ci ce dernier propose le massage des jantes. La dame ne semble rien comprendre a ce qu’on lui raconte, elle nous donne les clefs des toilettes et passe au client suivant. En fait, Zazou à fait un tour dans le lavage de voitures et là, Alléluïa, un beau robinet non sécurisé. Enfin, il est pile sous une camera de video surveillance mais Zazou n’a même pas peur. Nous faisons mine d’aller aux toilettes et embarquons notre reservoir d’eau pour le remplir. Tout les contenants y passent; reserve, jerrycan, reservoir de Bourriquet … nous faisons le plein de tout ce qui est vide, sans aucune discretion mais bon ce qui compte c’est d’avoir de l’eau !

L’après midi nous faisons des courses dans un quartier populaire excentré de la ville proche de la gare d’Altona. Un super quartier avec une belle mixité. Pour les Toulousains, c’est un genre de mix entre Saint-George, Saint-Aubin et Arnaud Bernard. Il y a plusieurs commerces, et restaurants qui entourent une petite place pietonne parsemée de terasses. Ici, on mange, on prend le thé, ou on boit un verre: a chacun son caprice. Nous avons envie de nous prélasser aussi au soleil sur ces jolies terasses fleuries de graphitis à la façon “Berlinoise”, malheureusement il se fait déjà tard et nous avons encore de la route à faire. Nous partons alors vers le nord et nous nous arrêtons à Flensbourg pour la nuit, dernière ville avant le Danemark.

Objectif du lendemain: Fignoler les courses et se rapprocher du ferry.

Jour 36: Pointe nord du Danemark

Nous arrivons en début de soirée à Skagen, ville cotière la plus au nord du Danemark au bout d’une péninsule s’avancant longuement sur la mer. Après un petit tour du centre ville et de la plage, nous nous avançons jusqu’au phare qui marque le bout de la route et nous nous installons sur un parking qui est gratuit pour la nuit.

Objectif du lendemain: Nous lever assez tôt pour partir avant que ce soit payant et aller à Hirtshals pour prendre le ferry.

Jour 37: Embarquement (pas si) immédiat

Le matin nous arrivons assez tôt à Hirtshals ce qui nous permet de faire le plein d’essence, le vide du réservoir d’eau sale et même un grand nettoyage grâce à un aspirateur gratuit à la station-service.

Fins prêts, nous partons au terminus de ferry bien en avance avec l’objectif de manger dans la file d’attente. Lorsque nous arrivons, quelques véhicules sont déjà en attente devant les barrières fermées dont pas mal de vans comme le notre et d’autres camions (beaucoup) plus imposants.

A peine installons nous la table et commencons-nous la confection des sandwichs que les barrières s’ouvrent et l’enregistrement commence. Nous replions tout en catastrophe avant de passer le guichet d’enregistrement. Nous sommes alors dirigés, ainsi que tous les camping-cars, vers des files d’attente à l’écart des voitures. On nous rappelle également que seul le conducteur peut rester dans le véhicule. Zazou devra embarquer à pied et le bus qui l’emmènera va partir dans un quart d’heure!

Le repas à moitié ingurgité, à motité mis dans un sac, Zazou part prendre son bus alors que Tigrou remet de l’ordre à l’intérieur afin de préparer la traversée. En effet, le pont voiture étant fermé dans le jour et demi de traversée vers les Iles Féroé, il faut s’assurer de prendre toutes ses affaires (sac de couchage, trousse de toilette, …). L’embarquement des camping-cars commence après une longue attente et ils sont si serrés dans le bateau qu’il est absolument impossible de passer entre!

Finalement, après s’être cherché un moment dans le bateau (pas de réseau) Tigrou et Zazou se retrouvent et découvrent leur couchette. C’est ce qu’il y avait de moins cher et c’est effectivement exigu. Il s’agit comme dans une auberge de jeunesse d’un dortoir avec 9 lits dans un tout petit espace! Les dortoirs ne sont pas mixtes et un groupe de danois arrive ensemble prenant les autres lits de nos cabines. Heureusement, un dortoir à côté est totalement vide et nous nous accaparons les lieux à nous deux: on aura notre intimité!

Le départ se passe à l’heure et le MS Norröna sort rapidement du port. Aussitôt un vent à décorner les boeufs souffle sur les ponts promenade. Prometteur pour la traversée au large!

Le soir nous achetons la seule nourriture abordable du bateau: une pizza (pas très bonne) avant d’aller nous coucher dans notre petit dortoir privatisé.

Objectif du lendemain: Ne pas être malade alors que le bateau tangue et roule assez fortement

Jour 38: Jour de mer

La journée se passe à tuer le temps: jouer au poker pendant que le reste des passagers joue au bingo, regarder des séries sur l’ordinateur, aller faire des photos, … Le bateau bouge pas mal mais Tigrou n’a qu’une seule envie c’est de sortir au milieu du vent pour aller faire des photos.

Le ferry arrive le soir aux Iles Féroé. Le spectacle est grandiose dans le soleil couchant. En effet le bateau croise le long de petites îles avant de s’enfoncer dans le port de la capitale Tórshavn.

Le débarquement s’effectue finalement assez rapidement mais il faut attendre que toutes les voitures bloquant l’accès à notre rangée soit sorties. Même pas de contrôle de douane à la sortie, nous passons directement du bateau au centre ville.

Notre expérience d’un mois de recherche de spot pour dormir nous fait aller directement vers le stade de la ville où nous trouvons un parking pour la nuit. En fait c’est le parking de la piscine. D’après ce qu’on a lu, il est interdit de dormir dans sa voiture aux Iles Féroé mais nous le faisons quand même en “mode furtif”, c’est à dire sans occulter les fenêtres avant.

Objectif du lendemain et des 2 jours et demi à venir: Partir à la découverte de cette magnifique nature vierge.

2 commentaires sur “Débrief: Semaine 6 – Vers le large

  • Felice 20 juillet 2017 at 22 h 45 min Reply

    Je veux voir bcp de photos des iles féroé.
    restez vous en « mode furtif » 🙂
    gros bisous

    • Tigrou 20 juillet 2017 at 23 h 19 min Reply

      On est en train d’écrire l’article, ça ne va pas manquer de photos!

      C’est vraiment très joli cet endroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.