Débrief : Semaine 12 – Norvège : Bergen et le Hardanger

Cet article fait partie de la série Tour d'Europe
Show More Posts

Jour 74 – Jour de mer

Une journée de plus dans un bateau. On profite du trajet pour nous documenter sur la Norvège – notre prochaine étape – et avancer un peu l’écriture du blog. Notre plan de demander le repas végétarien a bien fonctionné et nous faisons un gros repas de midi. Comme d’habitude, la soirée se passe au bar, profitant du happy hour pour discuter avec nos nouveaux amis Français et Namibiens (oui oui, Zazou a réussi à sympathiser avec une excentrique retraitée Germano-Namibienne! C’est dire qu’elle arrive à s’entendre avec tout le monde! ).

Objectif du lendemain: Changer de bateau

Jour 75 – Arrivée en Norvège

A peine le ferry arrivé à Hirtshals, nous faisons les quelques kilomètres qui séparent le premier terminal du second dans le but de monter sur le SuperSpeed 2 et ainsi rejoindre la Norvège. Dans la file d’attente, Bourriquet à la chance de rencontrer un de ses vénérable ancêtre.

En plus d’être rapide, le navire ressemble à un grand centre commercial flottant: multiples magasins et restaurants, fast-foods, … tout est fait pour dépenser son argent!

Le premier objectif que nous nous sommes fixés en Norvège est Bergen, mais c’est assez loin donc il nous faudra plusieurs jours pour y arriver. Sur le trajet, nous ferons le tour du Hardangerfjord, réputé comme un des plus beaux fjords du pays.

Nous accostons dans l’après-midi à Kristiansand et aussitôt  prenons cap au nord par la route 9 jusqu’à ce que la tombée de la nuit nous intime l’ordre de faire étape. Inspirés par un spot vu sur park4night, nous sortons un peu de la route 9 et nous arrêtons le long d’une rivière. La nuit tombe et nous ne sortons pas explorer les environs… qui nous réservent pourtant une belle surprise.

Objectif du lendemain: rejoindre le Hardanger.

Jour 76 – Le Hardanger Fjord

Le matin, Tigrou part explorer les alentours et découvre un surprenant spectacle dans le lit de la rivière (ou du gros torrent) qui passe tout à côté. Celui-ci est entièrement en granit, fait de bosses et de creux. Très peu d’eau y coule ce qui fait que la grande surface de granit est majoritairement sèche. On peut alors se promener littéralement au milieu du lit de la rivière en sautant de bosse en bosse. Bientôt, Zazou rejoint la balade et vient profiter du spectacle.

Mais nous ne pouvons nous attarder très longtemps. Notre temps est compté: il nous reste tout juste un mois avant de rentrer et nous nous sommes fixé comme objectif (si possible, évidemment) de rejoindre le cap nord. Le pays est très étiré du nord au sud. Imaginez que si le pays était pivoté à 180° autour de son point le plus au sud, il irait jusqu-à Rome! De Kristiansand au Cap Nord, il y a 1660km à vol d’oiseau, et quasiment aucune autoroute… Il y aura beaucoup de temps passé sur la route! Heureusement, la Norvège fait plutôt bien les choses concernant les informations touristiques. A ce titre, il existe un réseau de routes nationales dites panoramiques. La première que nous empruntons est donc celle du Hardanger. Ce fjord, 4e du monde et 2e de Norvège par sa longueur relie l’Atlantique au plateau du Hardangervidda.

Notre premier arrêt sera pour Låtefoss, une double cascade qui se rejoint juste avant de passer sous la route. Point d’arrêt obligatoire et humide pour tous les touristes de passage sur la route, Bourriquet y retrouve un vieil ami: un T3 California en provenance directe des années 80!

Profitant du soleil de fin de journée, nous avançons notre chemin en direction de Bergen et nous arrêtons sur un petit parking au bord du fjord.

Objectif du lendemain: Rejoindre Bergen

Jour 77 – Bergen, sous la pluie

Alors que nous déjeunons sur une table de picnic à quelques mètres de Bourriquet, un minibus arrive et une poignée de Chinois en descend afin semble-t’il de profiter des toilettes qui sont à proximité. Mais alors que ces dames utilisent les commodités, ces messieurs semblent vivement intéressés par Bourriquet et son toit relevé. C’est tout juste si on n’en attrape pas un assis sur la banquette arrière! Tigrou discute un peu avec les intrus afin de satisfaire leur curiosité et récupérer un peu d’espace vital pour notre pauvre Bourriquet et nous pouvons plier bagages direction Bergen.

Sur le chemin, nous passons par Steinsdalsfossen qui comme son nom l’indique est une cascade (le suffixe “foss” désigne cascade). C’est un lieu fortement touristique et il n’est pas évident de se frayer un passage entre les bus. La cascade est connue car il est possible de passer “derrière” le rideau d’eau. L’espace est tellement large qu’il y a un chemin goudronné qui y mène.

Les quelques obligatoires clichés réalisés, nous reprenons le volant pour arriver à Bergen, sous un ciel de plus en plus chargé. Pas étonnant que la ville soit surnommée “la capitale de la pluie”. Etant entourée de montagnes, les nuages arrivant de l’océan se bloquent au dessus de la ville et n’ayant d’autre choix, y déversent des flots de pluie. Entre le et le , Bergen a connu 85 jours consécutifs de pluie! D’après Wikipedia, une blague bien connue des Bergenois serait : un touriste demande à un enfant si la pluie s’arrête quelquefois de tomber à Bergen ; « Je ne sais pas, je n’ai que huit ans » répondit celui-ci. Toujours d’après Wikipedia, un dicton local dirait aussi que « tous les Norvégiens naissent des skis aux pieds sauf les habitants de Bergen, qui naissent un parapluie à la main. ».

Tigrou connait déjà la ville car il y a rendu visite à des amis il y a quelques années. Il dirige donc Bourriquet d’une main sûre vers le parc de Gamlehaugen, la résidence de la famille royale norvégienne lorsque celle-ci se trouve à Bergen, où le parking dispose d’une belle vue sur le château. C’est l’endroit idéal pour le déjeuner.

Quelques gouttes commencent à tomber alors que nous repartons vers le centre ville. Nous garons Bourriquet dans un parking souterrain et pendant ce temps la pluie s’est accélérée. Il pleut des cordes! Pas les meilleures conditions pour profiter de Bryggen…

Trempés, nous profitons d’un concert de musique classique donné sur la grande place au centre de la ville mais malheureusement nous arrivons à la fin. Ce n’est pas un très bonne journée pour jouer au touriste! Nous décidons alors de mettre fin à la journée et trouvons un endroit tranquille à l’orée d’un bois aux alentours de la ville. Espérons que le temps sera plus clément le lendemain!

Objectif du lendemain: Visiter Bergen dans de meilleures conditions.

Jour 77 – Bergen, en mieux

La veille, nous avons appris qu’il y avait un autre concert classique et nous décidons de faire le tour du centre ville plutôt en fin de journée afin d’y assister. Nous choisissons donc de partir à l’assaut de Fløyen. Il s’agit d’une des 7 montagnes qui entourent la ville. On peut y monter de deux façons: l’option fainéant avec un funiculaire, et l’option sportif (ou pauvre) : à pied. De la haut, le point de vue sur la ville est imprenable.

Une fois là haut, de nombreuses randonnées sont possibles vers les montagnes alentours. Nous décidons de partir vers Rundemanen.

Sur le chemin Zazou sympathise avec un vieux Norvégien et sa fille (ce ne sera pas notre seule rencontre de vieux Norvégiens, mais ne déflorons pas le récit trop tôt!). Lui a l’air ravi de randonner et de rencontrer des étrangers avec qui discuter. Sa fille a l’air moins ravie d’être là par contre! Alors que nous redescendons tous ensemble de la montagne, nous apprenons plus de détails sur la société norvégienne, du système social aux habitudes de vacances en passant par la gastronomie. D’après lui, le plat national serait… la pizza! Cela semble plausible au vu des rayons entiers de pizzas “Grandiosa” qui colonisent les supermarchés du pays. Plus sérieusement, d’après lui la pizza serait d’origine Viking car à l’époque la nourriture était mangée posée sur une sorte de grande galette de pain. Je laisse nos amis Italiens réagir à cette revendication gastronomique!

Alors que nous revenons le long du port, nous profitons enfin de la vue sur Bryggen sous le ciel bleu et pouvons admirer les grandes façades de bois colorés.

L’heure du concert approchant, nous partons vers la place Torgallmenningen. Sur le chemin, nous passons par le marché qui se trouve le long des quais et longeons les étals de poissons et de crustacés. Nous sommes à Bergen et en quelques minutes le ciel bleu à laissé place à la pluie et c’est donc sous le préau d’un magasin que nous profitons du concert.

Nous retournons dans notre coin de forêt pour la nuit. Il nous faut bien dormir car demain nous partons vers le nord direction Trondheim pour rendre visite à Anne et Vincent, les amis de Tigrou: une petite virée de 630km de nationale…

Objectif des deux jours à venir: Rouler vers le nord

Jour 78 et 79 – En route vers Trondheim

Autant nous y faire, en Norvège les distances sont grandes et les routes sinueuses! Il faut donc compter deux jours pour rejoindre Trondheim à partir de Bergen. Heureusement, les paysages à eux seuls rendent la route intéressante. Pour qui aime les montagnes et la nature, il n’est même pas nécessaire de descendre de voiture pour profiter de la route. C’est ainsi que nous enchainons les virages, les ferrys, les ponts et les tunnels, avalant kilomètre après kilomètre.

Nous avons même l’occasion de prendre notre premier ferry électrique! Nous ne savions pas que ce genre de bateau existait, et pourtant c’est incroyablement confortable: pas de bruit, pas d’odeur de mazout, … Les Norvégiens sont clairement en avance sur tout ce qui concerne les véhicules électriques. En 2017, 50% des véhicules vendus étaient électriques ou hybrides et en 2025 il est prévu d’interdire la vente des voitures avec moteurs thermiques.

Pendant le trajet, nous nous faisons une petite frayeur en attaquant un col avec le réservoir presque vide. C’est qu’ici le chemin peut être long jusqu’à la prochaine station service! Heureusement la descente du col est très longue et Bourriquet descends tout grâce à la bonne vieille loi de la gravité. D’après l’ordinateur de bord, il ne nous reste qu’une vingtaine de kilomètres avant la panne sèche quand nous atteingnons la pompe… Par contre galvanisé par son exploit, une fois le plein effectué, l’ordinateur se sent pousser des ailes en nous promettant une autonomie de plus de 1100km… que nous ne ferons jamais avec un seul plein évidemment (on tourne plutôt autour de 700-800km)!

C’est ainsi que nous arrivons fatigués mais contents le soir du deuxième jour à Trondheim chez les amis de Tigrou.

Objectif du lendemain: Visite de Trondheim

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.